Automic, désormais acquis par CA Technologies En savoir plus >
 

Transcendez les limitations de la stratégie IT bimodale

Comprendre les avantages et les inconvénients de la stratégie IT bimodale est indispensable à la réussite de son implémentation

French - Ron Gidron
Ron Gidron, March 23, 2017 12:30 pm
Blog > Bimodal IT | DevOps | Continuous Delivery > Transcendez les limitations de la stratégie IT bimodale

Qu’est-ce que l’IT bimodale ?

L’IT bimodale a été initialement définie par Gartner comme « une approche duale tout en étant cohérente : prédictibilité d’un côté, exploration de l’autre »

Bien qu’elle mérite d’être analysée en détail, l’IT bimodale porte essentiellement sur la notion de deux domaines distincts au sein d’un service informatique. Le mode 1 doit garantir la stabilité d’une entreprise et le succès de ses applications cœur de métier, tandis que le mode 2 est avant-gardiste et bouleverse les codes de l’industrie.

Les partisans de l’IT bimodale affirment que la stratégie a évolué naturellement et reflète les différences générationnelles qui caractérisent deux groupes d’employés : les équipes qui travaillent depuis plus de vingt ans et bénéficient d’une expérience sur les systèmes historiques souvent utilisés dans des environnements de mode 1 ; et les jeunes développeurs, plus coutumiers des technologies récentes, qui ont tendance à bouleverser la donne et mettre en œuvre de nouvelles idées dans le mode 2.

Quels en sont les bénéfices ?

L’IT bimodale permet aux deux équipes distinctes de se concentrer sur deux domaines bien définis, ayant chacune leur priorité et leur but. Les équipes de mode 1 doivent garantir que les systèmes s’exécutent correctement et efficacement, sans interruption. La créativité des équipes de mode 2 ne doit pas être impactée par des problèmes urgents de production.

Une organisation de ce genre fournit une souplesse nécessaire aux développeurs de mode deux, qui ne subissent pas les contraintes liées aux systèmes et aux outils vieillissants. Ils peuvent ainsi s’adapter à des technologies en constante mutation, permettant à l’entreprise de rester à la pointe de leur secteur. A l’aide de nouveaux outils et de nouvelles technologies, l’équipe peut se consacrer à la livraison de nouvelles solutions qui feront faire des économies à leur entreprise, et susciteront l’adhésion des utilisateurs.

En effet, tous les secteurs de l’industrie subissent des bouleversements, et ce sont les applications modulables et innovantes qui peuvent faire toute la différence pour la réussite d’une entreprise.

Il est bien plus simple de se concentrer sur l’innovation lorsque l’on n’est pas dérangé par les tâches de maintenance, surtout à l’heure où les utilisateurs, de plus en plus exigeants, multiplient les requêtes auprès de l’organisation. Les équipes informatiques peuvent dès lors garantir vitesse et innovation et tester de nouvelles technologies sans risque sur la continuité de l’activité. L’équipe de mode 1 garantissant la stabilité, cette approche réduit les risques inhérents aux déploiements massifs de nouvelles technologies et minimise les effets d’une évolution à grande échelle des systèmes historiques vers de nouveaux systèmes agiles.

L’une des conséquences de cette approche est la disparition du « shadow IT » (ou rogue IT). Les utilisateurs métier obtenant rapidement les applications nécessaires, ils n’ont plus besoin de court-circuiter le service informatique, ce qui aide à réduire l’utilisation d’applications et de logiciels non autorisés.

Quelles en sont les limitations ?

Une préoccupation légitime concerne l’implémentation d’une stratégie d’IT bimodale, pouvant laisser de côté le mode 1. Le mode 2, focalisé sur la vitesse et l’agilité, s’adapte au changement, et cherche activement à bouleverser l’environnement technique. Cette manière d’agir est attrayante. Innovante. Pendant ce temps-là, le mode 1 est occulté. Il est indispensable à la bonne marche de l’entreprise, mais agit dans l’ombre, à bas bruit. C’est moins attrayant. Pour autant, cela n’a rien de nouveau pour l’entreprise. Le message est simple : la sécurité avant tout. Si cela prend du temps et nécessite une intervention manuelle, qu’il en soit ainsi.

Pourtant, laisser dériver le mode 1 n’engendrera que des problèmes. Personne ne veut y travailler, et il deviendra un silo, de plus en plus isolé et peu à peu oublié par le reste du département informatique. Par conséquent, les applications cœur métier deviendront de plus en plus difficiles à gérer, et le mode 1, négligé et austère.

En outre, la créativité, la liberté et la capacité d’exploration accordées au mode 2 ne sont pas partagées, créant une véritable scission entre les deux modes. Si le management accorde injustement son attention à l’un ou l’autre mode, la fracture sera encore exacerbée, l’un ou l’autre mode se sentant exclu. Et bien entendu, cela conduira à une rupture de communication entre les deux équipes qui ont déjà des objectifs, des ambitions et des besoins différents.

Si le service informatique se fissure et perd de son harmonie, les conséquences peuvent en être désastreuses. Les équipes concernées par les systèmes historiques pourraient résister aux nouvelles technologies au sein de leur activité. Cette résistance pourrait aussi gagner les parties prenantes. Cet état de chose ne fait que créer de la confusion auprès des employés, qui ne comprennent plus la stratégie de l’entreprise, et conduire les équipes à accomplir des tâches qui ne correspondent pas à leurs compétences ou à leurs intérêts.

Naturellement, la diminution du nombre d’experts dans le mode 1 suscite des interrogations sur la durabilité du modèle bimodal : les nouveaux diplômés n’ont en général ni le souhait de travailler sur des systèmes historiques, ni les compétences nécessaires. Cela pourrait créer un déséquilibre sur la taille des équipes et sur les coûts – les développeurs de mode un étant peu nombreux, leurs prétentions pourraient atteindre des sommets. Quant aux plus petites entreprises qui ont des difficultés à pourvoir un seul service informatique, il est tout simplement inenvisageable de consacrer temps et argent au recrutement d’une équipe pouvant être divisée en deux afin que chacune puisse se consacrer à des domaines différents, indépendamment l’une de l’autre.

Comment surmonter ces restrictions ?

La clé de l’implémentation d’une stratégie d’IT bimodale consiste à s’assurer que les deux modes ne deviennent pas des silos séparés. Intégration, adhésion et ambition commune sont indispensables pour garantir un environnement harmonieux. La communication est clé, car les nouvelles applications numériques vont s’interfacer avec des systèmes historiques établis, et auront bien sûr besoin de maintenance et de stabilité une fois déployées. Simultanément, l’alliance des techniques et méthodologies modernes aux systèmes historiques garantira leur adhésion à la transformation numérique sans coûts techniques considérables.

Le Release Automation permet de connecter processus de release et de déploiement à travers différentes technologies. Automatisation et orchestration offrent aux systèmes historiques agilité et conformité. Ensemble, elles peuvent dépasser le manque actuel de contrôle et de visibilité de bout-en-bout et sont extrêmement bénéfiques aux environnements complexes, permettant aux utilisateurs métier et aux managers de suivre les déploiements et d’identifier rapidement les problèmes lorsqu’ils surviennent.

L’automatisation offre bien davantage qu’une simple intégration ou un déploiement continus aux différents silos présents dans une organisation bimodale. Sa vision et son périmètre d’action englobent un véritable processus de Continuous Delivery de bout-en-bout, que ce soit en mode 1 ou en mode 2. Elle fournit ordonnancement et orchestration DevOps à travers tout environnement de déploiement applicatif, qu’il s’agisse de mainframe, de Cloud, ou de Cloud hybride.

Bimodal IT
DevOps
Continuous Delivery
Back to the blog
French - Ron Gidron

Ron Gidron

Ron Gidron est Directeur du Marketing produit Release Automation chez Automic Software. Il a 14 ans d’expérience dans le marketing produit, le management de produit et l’avant-vente à la fois dans des startups et des grandes entreprises. Ron est fasciné par l’intersection des logiciels, des utilisateurs et des tendances du marché.