Ce qu’il faut automatiser et ne pas automatiser

L’automatisation est de plus en plus intelligente. L’utiliser à bon escient s’avère plus facile à dire qu’à faire.

French - Ron Gidron
Ron Gidron, December 19, 2017 11:00 am
Blog > Business Automation | Innovation | Continuous Delivery > Ce qu’il faut automatiser et ne pas automatiser

Les bénéfices de l’automatisation sont bien documentés : meilleure productivité, réduction des coûts et des erreurs. L’automatisation élimine par ailleurs les tâches manuelles répétitives, nous permettant ainsi de nous consacrer à l’innovation. Il semble donc logique d’être tenté de tout automatiser. Mais est-il bien raisonnable, et même faisable, de tout automatiser ? La réponse est non.

Ce petit guide vous explique ce qu’il est souhaitable d’automatiser et de ne pas automatiser.

Ce qu’il faut automatiser

Nous le savons désormais, l’automatisation est le moteur du continuous delivery et des pratiques agiles. Elle nous a aidé à modifier notre environnement digital et transforme les entreprises en usines logicielles modernes (Modern Software Factories), indispensables à l’ère des applications. L’automatisation est bénéfique pour n’importe quel service au sein d’une entreprise, des R&H à la compatibilité, du développement à la production – jusque dans la salle de courrier.

Toutefois, certains traitements sont plus adaptés à l’automatisation que d’autres. Il existe des signes révélateurs qui indiquent que tel ou tel traitement peut bénéficier de l’automatisation.

Volume moyen ou élevé

Les traitements varient de façon significative en termes de taille. Ils peuvent consister en de simples processus, eux-mêmes composés de plusieurs étapes, mais aussi en des processus nécessitant des dizaines, voire des centaines de composants.

Lorsque nous pensons à des traitements avec un nombre réduit d’étapes ou de composants, nous devrions nous demander s’il est vraiment nécessaire de les automatiser. A l’inverse, des traitements très ou moyennement volumineux sont de toute évidence critiques pour le métier : il est donc souhaitable de les automatiser.

Le traitement manuel nécessite trois utilisateurs ou plus

D’une manière générale, si une tâche répétitive requiert au moins trois personnes, il est fort probable qu’elle serait plus efficace si elle était automatisée. Il y aura moins de problèmes de communication, le processus sera plus sécurisé et précis. Par ailleurs, en automatisant ce genre de traitements, vous libérerez les heures homme de trois individus.

Le traitement dépend d’activités chronophages

L’automatisation génère un fichier d’historique lorsque les composants passent dans le traitement, lorsque des problèmes surviennent, lorsqu’ils sont résolus, lorsqu’ils sont provoqués. En analysant ces logs, il est aisé de repérer où, dans votre traitement, se situent les goulets d’étranglement. De nouvelles règles peuvent être appliquées afin d’y remédier, garantissant ainsi que les délais sont systématiquement respectés.

Un traitement impacte différents systèmes

Si un élément du traitement nécessite l’intervention d’autres systèmes et outils, ou les impacte, il a sans doute besoin d’être automatisé. On peut y appliquer des règles, autorisant et restreignant les permissions aux agents, afin de permettre que le traitement s’exécute dans les temps impartis, tout en garantissant que les protocoles de sécurité soient respectés.

Les traitements transparents nécessitent l’automatisation

Conformité et traçabilité sont indispensables. Si un problème survient lors d’un traitement manuel, il est quasiment impossible de fournir un suivi complet et précis de ce qui s’est réellement passé. L’origine du problème ne peut donc être correctement identifié. Pas avec l’automatisation. Une solution d’automatisation dédiée fournit des rapports complets de traçabilité, en adhérence avec les besoins de conformité.

Nous devrions chercher à automatiser les traitements les plus chronophages de notre activité quotidienne. Les traitements sont l’essence même des entreprises, leur colonne vertébrale. Sans eux, nous ne pourrions pas travailler efficacement, et peut-être même pas du tout.

Les traitements inefficaces sont de parfaits candidats à l’automatisation. Ils pourraient être rationnalisés si, à l’heure actuelle, ils nécessitent trop d’interventions manuelles, l’entreprise demande plus de transparence, ou d’autres systèmes dépendent de ces traitements. Cela vous dit quelque chose ?

L’utilisation efficace de la bonne solution d’automatisation, avec les bons traitements, favorise efficacité et créativité. Les équipes compétentes sont affranchies des tâches monocordes et répétitives, pouvant ainsi se consacrer à l’innovation et participer à la croissance.

Ce qu’il ne faut pas automatiser

Précisément tout le contraire de ce qui a été abordé ci-dessus : si les traitements ne sont pas volumineux, nécessitent moins de trois personnes, ne sont pas sujets à des délais précis, ne sont pas associés à d’autres systèmes et n’ont pas besoin de transparence, l’utilisation de l’automatisation est une perte de temps. Elle pourrait même être un gaspillage en termes d’investissement, car le ROI sur ces traitements ne serait pas visible immédiatement.

Voici d’autres exemples, non exhaustifs, de ce qu’il ne faut pas automatiser :

Traitements nécessitant des prises de décision

L’automatisation intelligente va loin, mais parfois, certains traitements doivent encore être acceptés, rejetés ou redirigés manuellement. Même l’automatisation intelligente ne sait pas appréhender ces scénarios. L’intervention humaine reste indispensable afin de prendre la bonne décision, en tout état de cause.

Contrôle de qualité

L’automatisation aide à accélérer la conception et le test d’applications, mais lorsqu’il s’agit de la qualité d’une application finalisée, l’intervention humaine est essentielle. Les tests automatisés assurent que telle fonctionnalité marche, mais ne peuvent pas évaluer l’expérience utilisateur, comme un être humain le pourrait.

Conception

Malgré les innovations les plus poussées en termes d’apprentissage machine, l’automatisation et l’intelligence artificielle sont incapables d’évaluer l’art, comme des êtres humains le feraient. Elles sont incapables de déduire des informations qui nous semblent, à nous, naturelles, comme le reflet dans le miroir, par exemple. L’automatisation n’est pas applicable à tout.

Retour sur investissement minime

Si l’automatisation ne garantit pas un retour sur investissement appréciable ou mesurable, n’automatisez pas. C’est aussi simple que cela. L’amélioration de l’efficacité et la réduction des coûts sont les deux piliers de l’automatisation. Si l’automatisation d’un traitement n’apporte pas le résultat escompté, ou nécessite un certain temps avant de démontrer son ROI, évitez-la.

Il ne s’agit pas, vous l’aurez compris, d’implémenter l’automatisation et d’attendre les bras ballants. Vous devez examiner tous vos systèmes, traitements et processus. Découvrir les problèmes, et analyser s’ils sont candidats à l’automatisation. Si c’est bien le cas, vous pourrez compter sur nos experts en automatisation pour vous accompagner.

New Call-to-action

Release Automation, DevOps, et Continuous Delivery : les catalyseurs de la transformation numérique

Suggested resource

Release Automation, DevOps, et Continuous Delivery : les catalyseurs de la transformation numérique
White paper Téléchargement

Release Automation, DevOps, et Continuous Delivery : les catalyseurs de la transformation numérique

Pourquoi le Release Automation est-il devenu indispensable à vos projets DevOps et Continuous Delivery.

Business Automation
Innovation
Continuous Delivery
Back to the blog
French - Ron Gidron

Ron Gidron

Ron Gidron est Directeur du Marketing produit Release Automation chez Automic Software. Il a 14 ans d’expérience dans le marketing produit, le management de produit et l’avant-vente à la fois dans des startups et des grandes entreprises. Ron est fasciné par l’intersection des logiciels, des utilisateurs et des tendances du marché.